30 novembre 2005

STEPHANE TALBOT :golf marrakech

Né à Greenfield Park dans la banlieue de Montréal, ancien pro international, Stéphane Talbot est depuis plus de 3 ans directeur du golf de la Palmeraie. Passionné de golf depuis sa plus tendre enfance, si son parcours est truffé de trous, sa vie est bien remplie et accomplie. A 39 ans, il savoure en famille sa nouvelle qualité de vie Marrakchia. Cet amoureux du geste nous donne sa vision du golf au Maroc et plus particulièrement des greens de la ville rouge. Ancien joueur professionnel de golf, vous fréquentiez les circuits internationaux, comment avez-vous commencé à jouer ?J’ai tapé mes premières balles, j’avais trois ou quatre ans, ça n’était pas autorisé, j’étais le caddy de ma mère et à partir du 2ème trou quand plus personne ne nous voyait, je prenais les clubs dans son sac et je commençais à jouer. Cela fait partie de mes plus beaux souvenirs. A l’âge de 8 ans, je suis devenu membre du club, et l’été je jouais du matin au soir. Vos parents étaient donc golfeurs... Oui, ils n’étaient pas professionnels mais ils jouaient régulièrement. J’ai un frère, plus âgé que moi, qui est lui aussi professionnel. A ce moment là, il était rarement présent, il voyageait beaucoup… L’influence est vraiment venue de mes parents.Comment s’est déroulé votre parcours ensuite ?En 1985, à l’âge de 18 ans, je suis devenu professionnel. Pendant cinq ans j’ai travaillé dans un club en tant qu’enseignant. Puis, en 1990, je suis rentré dans le circuit de compétitions internationales et je suis resté joueur professionnel jusqu’à ma venue au Maroc en 2002.Quel était votre classement ?Au Canada, ce n’est pas le même classement qu’en France, mais j’ai été trois fois champion du Québec et j’étais classé parmi les dix meilleurs joueurs canadiens.Comment vous êtes vous installé au Maroc ?En Mars 2002, je faisais une compétition aux Etats-Unis et une société de recrutement m’a appelé me proposant de venir voir au Palmeraie Golf Palace parce qu’ils cherchaient quelqu’un. Je suis venu en avril et j’ai eu une décision à prendre. J’étais encore sur le circuit de compétition mais je m’étais blessé au poignet en 2001, j’avais donc plus de difficultés à bien jouer. Je pensais à mon après-carrière, alors j’ai décidé de faire le saut et le temps de tout préparer, je suis arrivé en juin 2002.Quel est la clientèle de Golf au Maroc ?Tout comme la clientèle des hôtels, elle est majoritairement française. Nous recevons également beaucoup d’anglais et de suisses, mais elle est française à environ 60%.Le Golf a longtemps été très élitiste, aujourd’hui, quelle catégorie de personne concerne le Golf ? Maintenant, le golf est beaucoup plus accessible. Aux Etats-Unis, tout le monde joue au golf, ou presque, il touche toutes les couches de la société. En Europe, c’est toujours un peu élitiste et au Maroc peut-être encore aussi... Mais globalement, il l’est beaucoup moins. Au Maroc, en trois ans, j’ai vraiment constaté une différence. Beaucoup de gens commencent à jouer.Les marocains sont-ils nombreux à jouer au golf ?Au Palmeraie Golf Club, depuis que je suis arrivé, nous sommes passé de 30 à 150 membres. Et parmi ces membres nous avons beaucoup de marocains. La clientèle de l’hôtel se rajoutant, nous avons du stopper les adhésions. Il m’est donc difficile de répondre parce que les marocains qui jouent occasionnellement ou qui débutent ont tendance à jouer au Golf Royal.Existe-il un circuit de compétition au Maroc ? Oui, c’est la deuxième année du Royal Maroccan Pro Tour. Il est organisé par l’association du Trophée Hassan II, présidé par Son Altesse Le Prince Moulay Rachid. Il s’agit d’une dizaine de compétitions qui servent également de qualification au Trophée Hassan II. A l’issue de ce circuit, quatre joueurs marocains seront qualifiés pour participer au Trophée Hassan II.
Dar Essalam, et ramène des joueurs de calibre mondial. Il est bon pour les joueurs marocains de pouvoir se mesurer à ces joueurs là. L’année dernière, l’un d’entre eux s’est positionné au 8ème rang et c’est déjà une belle position.Qui sont les professionnels du golf au Maroc ?Il existe une association, une P.G.A. (Professionnels Golfers Association) marocaine, qui regroupe plusieurs joueurs professionnels, et l’on retrouve plus une cinquantaine de joueurs sur le circuit de compétition au Maroc.Hormis le ray grass, un gazon spécial hiver, quels sont les atouts de parcours du Palmeraie Golf Palace ? Son design est très agréable, et tout le monde peut y trouver plaisir à jouer. Il est dessiné pour offrir de grands défis à des joueurs avertis, mais il est jouable également par des débutants. Les sept lacs sur le parcours offrent un merveilleux paysage. Ces plans d’eau sont bien situés, proches des greens, et rendent le challenge plus difficile.Ces points d’eau jouent-ils un rôle en matière d’irrigation ?Oui, en dehors du fait qu’ils agrémentent le parcours, ils servent à l’iriguer. L’eau provient de puits souterrains, elle est pompée puis stockée dans les lacs et permet ensuite d’entretenir le gazon. Quel est votre conseil pour palier aux difficultés que présentent votre parcours ?La situation des lacs près des greens rendent le deuxième coup plus difficile, il faut donc bien placer la balle sur le drive lors de la mise en jeu et ensuite essayer d’éviter les plans d’eau.Quel est votre avis concernant le parcours du Golf Royal ?Le Golf Royal est plus ancien, ses arbres et ses plantations offrent un décors verdoyant. Il ressemble à un jardin. Le parcours est plus court, plus compact. Il est différent du notre, et c’est bien pour la destination de Marrakech.Votre avis concernant celui du Golf Amelkis ?C’est un nouveau golf, de type américain, sans arbres. C’est un parcours plus lent, très ouvert et très large. Son défi tient principalement à sa longueur.Ses bunkers sont considérés comme de véritables pièges pour les balles…Normalement, les waste bunkers sont réalisés en terre compactée et ne doivent pas être ratissés trop souvent. Au Golf Amelkis, ils sont en briques pillées et il est plus difficile dans sortir.Parlez-nous de Robert Trent Jones, l’architecte qui a dessiné le parcours du Palmeraie Golf Palace, on le nomme « l’homme aux 500 parcours »…Oui, c’est l’architecte le plus prolifique qu’il n’y ait jamais eu. Robert Trent Jones avait conquis son époque, tout comme son fils, Junior, est l’un des meilleurs au monde aujourd’hui. Il y a des architectes qui se spécialisent dans la conception de nouveaux parcours, mais il y a également ceux qui se spécialisent dans la rénovation et Trent Jones Junior est de ceux là. Il rénove notamment beaucoup de parcours pour l’Open des Etats-Unis. Mais, il existe d’autres très bons designers, comme Pete Dye, le plus en vogue actuellement aux Etats-Unis. Qui est Cabell Robinson, l’architecte du Golf Amelkis ?Cabell Robinson est un anglais qui s’est installé en Espagne. Il est très connu en Europe et a réalisé beaucoup de parcours. C’est quelqu’un d’impressionnant parce qu’il travaille tout seul dans son bureau.On parle de trois golfs en cours de réalisation à Marrakech, que pensez-vous de cet essor ?C’est très, très bon ! Je pense qu’à court terme, il faut qu’il y ait au moins dix parcours à Marrakech et que la ville devienne vraiment une destination golfique. Un peu comme Agadir où il y a aura bientôt trois parcours de 27 trous. Il ne faut pas penser qu’il y aura trop de golfs. L’engouement pour ce tourisme est croissant. Les golfeurs pourront venir passer sept jours et jouer sept différents parcours. C’est excellent ! Au Palmeraie Golf Club, nous allons rajouter neuf trous très prochainement et nous avons également le projet d’un autre parcours à Marrakech.Quel est la qualité indispensable chez un golfeur ?La patience c’est vital… Il est difficile de réussir un parcours sans une capacité de concentration importante. Le physique est important, la souplesse, mais ce n’est rien quant à la patience. Bien que, comme en tout sport, le physique devienne de plus en plus important dans la cas d’une réussite professionnelle. Les gens tapent la balle de plus en plus fort et la balle part de plus en plus loin. Malheureusement, aujourd’hui il vaut mieux ne pas être trop petit…Toujours chez un joueur, quel est le défaut le plus exaspérant ?Le défaut… Taper la balle avec un petit coup sans bouger la tête, pour ne pas la rater. Le geste doit être complet. C’est une rotation dans les deux sens. Le golf, avant tout, c’est un geste : c’est un swing !…Votre premier conseil à un novice…C’est exactement ça… C’est de comprendre qu’il faut avoir un geste complet. A long terme, un bon joueur c’est celui qui a un geste complet •

Nos bonnes adresses:
http://www.3wkom.net/
http://www.maroc-promotion.com/
http://blog.maroc-promotion.com/index.php/
http://www.referencement-2000.com/
http://www.helioscourses.com/
http://www.europcar.ma/
http://www.parcsdelagdal.com/
http://www.riad-jardingrenadine.com/
http://www.terrasse-des-oliviers.com/
http://www.leclosdesarts.com/
http://www.mauresque-immobilier.com/
http://www.3wkom.net/hotel-marrakech/dardjena.php
http://www.aalma.com/villa-marrakech.php
http://www.irocha.com/
http://www.maroc-promotion.com/
http://www.amphora-immobilier.com/